Pays-d'Enhaut Région
La Municipalité de Château-d’Oex prend position au sujet des remontées mécaniques
la braye (chateau d'oex)

© Jack Varlet

Mercredi 12 avril, le Conseil communal de Château-d’Oex a été convoqué en séance d’information extraordinaire pour une présentation du rapport d’étude de la 1ère phase du projet « La Braye 2038 ».

A cette occasion, la Municipalité a informé de sa prise de position concernant le financement communal de cette société (voir communiqué ci-dessous).

De son côté, le groupe de travail intermunicipal « remontées mécaniques Pays-d’Enhaut » présentera son rapport aux municipalités de Château-d’Oex, Rougemont et Rossinière et au comité de Pays-d’Enhaut Région à mi-mai.

Une détermination régionale sur l’avenir des remontées mécaniques au Pays-d’Enhaut devrait être communiquée avant fin mai.

******************************************************

Communiqué de presse de la Municipalité de Château-d’Oex
Château-d’Oex, le 13 avril 2017

La Municipalité de Château-d’Oex prend position au sujet des remontées mécaniques

La Municipalité de Château-d’Oex a décidé de ne plus soutenir financièrement Télé-Château-d’Oex SA. Une annonce communiquée hier soir au Conseil communal, lors d’une séance d’information destinée à présenter le rapport d’étude du projet « La Braye 2038 ».

« La Commune a tout tenté pour maintenir les remontées mécaniques, mais force est de constater qu’aujourd’hui, les finances communales ne le permettent plus ». C’est en ces mots que le Syndic de Château-d’Oex Charles-André Ramseier a annoncé, hier soir, la décision de la Municipalité de ne plus soutenir financièrement Télé-Château-d’Oex SA (TCO SA). Une annonce intervenue dans le cadre d’une séance d’information au Conseil communal, pour présenter les conclusions du rapport d’étude de la 1ère phase du projet « La Braye 2038 ». L’étude réalisée, sur demande du canton, par le consultant M. Armon Cantieni visait à vérifier les coûts de la mise en conformité de l’axe principal de La Braye, soit le téléphérique et le télésiège, et la création d’un parc ludique d’apprentissage, implanté à la station intermédiaire de Praz-Perron.

Selon ce rapport, la réalisation de cette première étape impliquerait pour la Commune, actionnaire majoritaire de la société, un investissement de près de 3.9 mios de francs sur dix ans. Le canton de Vaud serait également appelé pour cette 1ère étape à un financement à fonds perdu de 2.3 mios ainsi qu’à octroyer un prêt remboursable de 2.2 mios, et TCO SA à une recherche de fonds propres de l’ordre de 1 mio.

La capacité d’endettement de la commune votée pour 2017 ne permet pas une augmentation de l’endettement supérieure à 2 mios de francs. La municipalité s’est donc penchée sur la possibilité de prendre en charge les coûts d’exploitation via le budget de fonctionnement. Toutefois, il apparaît que cette procédure n’est pas supportable pour les finances communales (près de CHF 470’000.00 par année sur dix ans). En effet, elle nécessiterait au minimum une augmentation de l’ordre de 5 à 6 points d’impôts. En parallèle à cela, Télé-Château-d’Oex SA demande en urgence un assainissement de CHF 150’000.00 pour 2017, en complément des CHF 350’000.00 prévus au budget communal.

Dans son annonce, la municipalité a rappelé avoir consacré depuis 2001 plus de 8.2 mios aux couvertures de déficit et aux entretiens lourds des remontées mécaniques, soit plus de CHF 480’000.00 par année en moyenne. Durant cette même période, le chiffre d’affaires de Télé-Château-d’Oex SA est passé de plus de 1 mio à environ CHF 600’000.00. Le rapport fait état d’une diminution de la fréquentation des installations de 46% en hiver et de 35% en été.

C’est l’ensemble de ces éléments, soit les engagements financiers communaux et cantonaux pour la 1ère phase du projet, le contexte climatique, l’évolution des habitudes de consommation et la nécessité de trouver de nouvelles solutions d’avenir, qui a décidé la Municipalité à l’unanimité et après mûres réflexions à ne plus présenter au Conseil communal de demandes de financement en faveur de TCO SA pour le secteur de la Braye. L’exécutif encouragera l’étude d’un parc d’apprentissage plus spacieux « En Glacière », à l’entrée du village, un secteur qui bénéficie de l’enneigement artificiel. Il restera très attentif à l’avenir des remontées mécaniques de la Lécherette et à l’évolution du ski à Rougemont.

La municipalité continue à soutenir fermement les projets de diversification en cours, à l’image du nouveau Musée du Pays-d’Enhaut, de l’Espace Ballon, de la Colline du Temple et de l’hôtel consacré à la musique et aux arts. Son soutien au tourisme d’excursion et au tourisme événementiel restera également une priorité. Des projets qui tous ensemble attestent du grand dynamisme de la région.

Renseignements et interviews :

  • Charles-André Ramseier, Syndic de Château-d’Oex, 079 206 85 14
  • Armon Cantieni, consultant, 079 777 12 21

Télécharger le communiqué

© Pays-d'Enhaut Région - design : meo
Plan du site